Vivre avec la Drépanocytose -¤- l'alcool et la drépanocytose -¤-

l'alcool et la drépanocytose

Le sujet qui nous intéresse aujourd’hui est de connaitre les effets de l’alcool sur une personne atteinte de la drépanocytose par rapport à une personne normale. En effet, quand on est jeunes ou même tout simplement pour certaines occasions (fêtes, soirées…) les drépanocytaires comme les autres, sont souvent confrontés à l’alcool.

Alors, quand on est drépanocytaire, peut on boire de l’alcool ? L’alcool provoque t-il des crises chez les patients drépanocytaires ?
Bien sur, nous ne parlerons pas de drogues dans cet article, car tout le monde sait qu’il s’agit de produits interdits, illicites et dangereux pour la santé.

L’alcool est également dangereux pour la santé, alors drépanocytaire ou non, le principal c’est de ne jamais en abuser et surtout d’en consommer avec modération. Et oui, nous reprenons les vieux slogans marqués sur les bouteilles, mais si c’est marqué dessus c’est qu’il y’a une bonne raison !!

Plus sérieusement, ce qu’il faut savoir c’est que plusieurs facteurs favorisent les crises chez les drépanocytaires, et un facteur en particulier : la déshydratation. En effet, la déshydratation fait perdre de l'eau au globule rouge ce qui rend le sang moins fluide. Or la déshydratation est fréquente chez le drépanocytaire. Le rein perd ainsi sa capacité à concentrer les urines.
Pour éliminer les déchets, un drépanocytaire est donc obligé d'uriner beaucoup plus qu'un individu non drépanocytaire. Le drépanocytaire doit donc boire beaucoup (d’eau bien sur !!). Et, tout ce qui ralentit la circulation peut créer une stase, c'est-à-dire que les globules rouges restent à un endroit et vont favoriser la crise.
L'alcool qui est toxique est donc contre-indiqué chez les drépanocytaires ; car l'alcool déshydrate et peut déclencher des crises. Le tabac également car il est très nocif pour le drépanocytaire dans la mesure où il diminue l'oxygène dans le sang.

De manière générale, aujourd’hui l’alcool est un problème de santé publique. La France est l’un des pays européen ou l’on consomme le plus d’alcool. On vous a tout dit et redit, dans les journaux papiers et télé : les accidents de voiture, les cancers, l’alcoolisme chronique etc.... Néanmoins, il y a certaines choses à se mettre dans la tête sur les dégâts de l’alcool.

Dès qu’on avale une boisson alcoolisée, l’alcool franchit la paroi de l’estomac d’abord, de l’intestin ensuite, pour passer directement dans le sang et rejoindre le foie. La drépanocytose étant une maladie sanguine, je pense que tout le monde peut comprendre le danger à en consommer, vu que le fonctionnement des cellules est mis en péril.

Nous savons tous que l’alcool agit sur le système nerveux et c’est pourquoi on l’aime et on le recherche. Un verre de vin, une coupe de champagne, un whisky donnent immédiatement un coup de fouet : on se sent beaucoup mieux, surtout si l’on est fatigué, et le moral remonte, on devient euphorique. Il fait lever également les inhibitions : bien des timides trouvent dans un verre le moyen de faire tomber cette barrière, seulement, la déshydratation favorise l’apparition de crises, de douleurs. En effet, les globules prennent une forme anormale (en faucille) qui les empêche de bien circuler dans les vaisseaux sanguins. L’oxygène n’arrive donc plus correctement dans les os et les organes. Dans ces situations (et aussi en temps normal), boire abondamment (de l’eau bien sur) fluidifie le sang et empêchera les globules rouges d’adopter leur forme de faucille.

Donc pour conclure, bien sur qu’il n’est pas interdit de consommer de l’alcool quand on est drépanocytaire, mais ce n’est tout simplement pas recommandé, il faut faire extrêmement attention afin d’éviter les risques de crises , ne surtout pas en abuser, éviter de se mettre dans des situations dangereuses pour pas grand-chose surtout que la consommation d’alcool se passe généralement en boites et dans des soirées, or le tabac, la chaleur dans une pièce, en plus de l’alcool, sont des mélanges explosifs pour les drépanocytaires, qui à long terme peuvent faire provoquer des crises.
Et puis de toute façon : « sans alcool la fête est plus folle !! »


Tous les articles correspondant à cette rubrique:
A propos de nousMentions légalesContactAccès réservé